La pleine conscience dans nos approches de l’alimentation - Botanica

La pleine conscience dans nos approches de l’alimentation : comment mangez-VOUS vos aliments?

Dr. Miranda Wiley, ND
Mâchez-vous bien vos aliments?

Les aliments, de l’assiette à l’estomac. Comment en arrivent-ils là? Vous les mangez, bien évidemment, mais comment? Apparemment, ma grand-mère a appris qu’il fallait mâcher chaque bouchée 100 fois avant de l’avaler. Elle devait être fatiguée de mastiquer! Honnêtement, la mastication devient redondante bien avant 100 fois (surtout dans le cas de la soupe), mais l’expérience en vaut la peine.

Réfléchissons au but ultime de la mastication. Elle ne sert pas seulement à limiter les risques d’étouffement en réduisant quelque peu la taille des morceaux de nourriture! La mastication décompose physiquement les aliments en petits morceaux, mais elle met également les enzymes présentes dans la salive en contact avec la plus grande surface possible de ces aliments. La salive facilite la déglutition en humidifiant les aliments, mais comme le but ultime de l’alimentation, en plus de satisfaire la faim, est de nourrir nos organes, il est utile de prendre conscience de la façon dont nous mâchons.

delicieuse vinaigrette a lhuile de lin et salade verte croquante

Une expérience à essayer à table

Pour une expérience vraiment extrême, essayez la méditation alimentaire. Éloignez toutes les sources de distraction, lavez-vous les mains, rincez-vous la bouche à l’eau pour nettoyer votre palais et choisissez un seul aliment à explorer. Réglez un minuteur à cinq minutes et préparez-vous à investir tous vos sens dans la découverte de cet aliment. Vous pourriez même faire semblant que vous ne l’avez jamais vu!

  1. Avec vos yeux, faites une évaluation visuelle de la forme, de la couleur, de la texture et des reflets de l’aliment que vous avez choisi.
  2. Humez-en l’odeur, d’abord les yeux ouverts, puis les yeux fermés.
  3. Passez à l’exploration auditive : portez-le à votre oreille et agitez-le, frottez-le avec le doigt ou un ongle pour écouter les sons qui s’en dégagent.
  4. Passez un doigt léger autour de l’aliment pour en sentir les contours. Pressez-le délicatement, puis de façon plus soutenue.
  5. Enfin, mettez l’aliment dans votre bouche. Quelle sensation donne-t-il à votre langue? Essayez de l’écraser contre le palais et entre les dents et la joue. Croquez-le lentement en prenant note des saveurs. Sans l’avaler, continuez de le mâcher en petits morceaux et, finalement, en purée. Les saveurs changent-elles avec la texture? Est-ce qu’elles s’améliorent, s’affaiblissent, s’intensifient ou se transforment complètement?

Il n’est certes pas pratique d’adopter une approche aussi extrême à chaque repas, mais le simple fait de prendre le temps de ralentir à l’occasion (ou juste une fois pour en faire l’expérience!) peut vous aider à comprendre votre approche de la nourriture et votre appréciation de l’aliment en soi.

« Abordez chaque repas comme un festin »

Il n’est pas nécessairement difficile de retrouver cette pleine conscience après cet exercice. Il suffit de dresser une belle table et d’aborder chaque repas comme s’il s’agissait d’un festin ou d’un souper dans un bon restaurant. Asseyez-vous à table. Évitez de manger en marchant, en travaillant, en conduisant ou en présence de distractions. Dressez la table, allumez une chandelle, mettez de la musique agréable et concentrez-vous sur votre repas… il mérite toute votre attention, puisque la majeure partie deviendra vous!

La pleine conscience dans nos approches de l’alimentation : comment mangez-VOUS vos aliments?

Comment votre organisme réagit-il aux aliments?

Lorsque vous avez fini de manger (normalement, et avec une conscience accrue), concentrez-vous sur le reste de votre digestion. Comment votre organisme réagit-il à ce que vous avez mangé? Si vous éructez ou ressentez des brûlements d’estomac, des ballonnements ou de l’inconfort, vous devrez peut-être évaluer la façon dont vous mangez, en plus d’examiner ce que vous mangez.

Notre système nerveux est comme une bascule. Lorsque le niveau de stress est élevé, les hormones de « lutte ou de fuite » entrent en jeu, et la digestion n’a plus beaucoup d’importance pour l’organisme : après tout, si vous devez être dévoré par un ours, quelle est l’importance d’avoir ou non digéré votre dernier repas?

Lorsque le niveau de stress est faible et que le corps et l’esprit reviennent au calme, notre organisme peut renouer avec ses fonctions de repos et de digestion. Le sang recommence à irriguer le tube digestif, et l’organisme s’emploie à réparer les dommages encourus durant l’épisode de « lutte ou de fuite » et à reprendre des forces en vue du prochain défi. Idéalement, c’est dans cet état que nous devrions consommer de la nourriture. Et la pleine conscience fait partie de l’équation.

La concentration avant tout

Lorsque nous mangeons, toute distraction nuit au processus digestif. Nous croyons souvent que la digestion commence à l’étape de la mastication, mais en réalité, elle commence avant même que les aliments arrivent dans la bouche, soit à l’étape dite « céphalique » (dans le cerveau). La jouissance anticipée de la nourriture déclenche la cascade d’énergie et d’enzymes qui ouvre la voie à une bonne assimilation des aliments et à un bon métabolisme des nutriments. Le temps mis à préparer un repas ou à faire un choix dans un menu, puis à attendre les plats, donne au cerveau le temps de communiquer avec le corps afin d’activer ensemble le processus de digestion.

La pleine conscience dans nos approches de l’alimentation : comment mangez-VOUS vos aliments?

Comment varie votre niveau d’énergie lorsque vous mangez? La plupart des gens ressentent une perte d’énergie après avoir mangé. Il peut s’agir d’une légère chute au moment où l’organisme dirige le sang et son attention vers l’intérieur pour accueillir les aliments, ou encore d’un effondrement majeur qui met le corps en léthargie tandis que l’organisme tente d’assimiler des aliments partiellement mâchés sans disposer de suffisamment de sucs digestifs sécrétés par l’estomac, le pancréas, le foie et l’intestin grêle.

N’oubliez pas vos réflexions!

Cette semaine, penchez-vous sur votre façon d’aborder les repas et la réaction de votre corps aux différentes façons de manger. Il se pourrait bien que l’effort consenti pour prendre quelques respirations profondes ou un moment de calme et de réflexion avant le repas, ou pour mâcher consciencieusement chaque bouchée jusqu’à ce qu’elle se transforme en purée, fasse une différence dans votre quotidien. De toute façon, cela ne fera aucun mal!

Partagez votre expérience avec nous sur Facebook, Twitter et Instagram à l’aide de l’identifiant @BotanicaHealth et du mot-clic #NutritionConsciente.

About the Author

Dr. Miranda Wiley, ND

Dr. Miranda Wiley, ND

Miranda began her career in natural health at 13 years old when she took a summer job at her local health food store. By age...

Learn More